1000,  Atelier d'écriture,  Corona

Écrire aux temps du Corona (jour 4): Les négatifs oubliés.

Jour 4. Des photos bien différentes, des textes bien différents.

Et toujours sans jamais parler du méchant Corona !!

Bonne lecture, merci de vos commentaires.


Comme tu étais belle !

En rangeant le grenier ce matin, je suis tombé par hasard sur une boite de chaussures, ou de bottes plutôt, vu la taille. Je l’ai ouverte et j’ai découvert ces albums de négatifs que nous avions cachés il y a au mois quarante ans. Des films développés. Des photos jamais tirées.

Des photos interdites, juste pour nous.

Toi, moi.

Sur la plage de Plougrescan, derrière les rochers de Gwin-Zegal. Dans les recoins interdits de Saint Quay. Derrière la digue de Pors-Moguer.

A l’abri des regards indiscrets.

On dit que la Bretagne est froide, mais nous étions bien, nus sur ces plages.

Comme tu étais belle !

Nos vies ont passé, trop vite évidemment.

Nos corps ont changé, mais les photos sont restées.

Dans ma tête, tu es toujours restée celle que tu étais sur ces images.

J’ai passé la matinée à scruter ces négatifs, un à un, près de la fenêtre, puis à la loupe.

C’est marrant, j’avais l’impression d’entendre ta voix, de t’entendre rire tout près de moi. Comme nous riions tous deux autrefois.

Je vais remettre l’album dans la boite et le remonter au grenier.

Je n’ai pas besoin de photos pour me souvenir de toi.

D’autres les découvriront.

Plus tard.

Comme tu étais belle !

Comme tu me manques !


1000 caractères.

Voilà…. A chaque jour suffit sa peine.
Commentez si vous voulez.
Portez-vous bien.
Prenez soin de vous.
Et des autres.
A demain.

© Amor-Fati 20 mars 2020 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *